Choisir les revêtement de sol entre parquet et moquette

En principe, on peut poser un revêtement de sol dans toutes les pièces de la maison mais, en pratique, la tendance est de diviser les habitations en trois grandes zones.

Les zones d’accès vestibule, palier et escaliers, nécessitent un revêtement adapte aux allées et venues incessantes. On privilégiera pour le vestibule une surface d’un entretien facile et résistante à l’eau, comme le vinyle en métrage ou en carreaux, les parquets poncés au papier de verre et vitrifiés, et les carreaux de céramique émaillée ou non. Pour les escaliers, la sécurité prime avant tout. Une moquette très résistante à mèches courtes, que l’on pourra également utiliser pour le palier est tout indiquée.

On choisira pour les zones de grande activité, comme la cuisine et la salle de bains, des revêtements durables, faciles à nettoyer et résistants à l’eau. Le vinyle l’emporte dans la plupart des cas, mais on aurait tort de négliger les autres matériaux disponibles sur le marché, notamment, pour la salle de bains, les dalles de liège vitrifiées. Toutefois, si vous préférez la moquette, il existe maintenant des variétés synthétiques résilientes qui, grâce à leurs mèches courtes en Nylon, n’absorbent pas l’humidité, et sont très agréables au contact, lorsque l’on sort de la baignoire. Enfin, pour les zones consacrées aux loisirs et au repos, salon, salle à manger et chambres, la moquette est également un bon choix. Dans le salon, choisissez une moquette de bonne qualité, suffisamment résiliente. En revanche, vous pourrez opter pour une moquette moins épaisse dans les chambres à coucher.

Les moquettes

Les moquettes sont composées de fibres de laine ou synthétiques, tuftées et tissées, qui sont scellées à un dossier résistant. Le tuftage est un procédé qui consiste à coudre des mèches de fibres à un dossier en laine, puis à les encoller à un second support. Les moquettes bon marché ont une sous couche en mousse directement contrecollée au dossier ; les autres exigent la pose préalable d’une thibaude.

Le choix des types de moquettes est aujourd’hui très grand. Il existe des produits en laine, en Nylon, en acrylique, en polypropylène et en viscose. Le mélange des fibres améliore souvent la qualité. C’est le cas de moquettes composées à 80% de laine et à 20% de Nylon, très appréciées pour leur chaleur, leur résilience, leur résistance et leur facilité d’entretien.

La solidité et l’aspect de la moquette sont liés à la longueur des mèches et à leur épaisseur. La plupart sont classées en fonction de leur résilience. Les mèches peuvent être coupées à des longueurs différentes pour un effet en relief ou bouclées, non coupées et très longues ou bien nouées à un dossier adhésif ou encore « tordues » pour un effet tufté. Les moquettes aux mèches denses sont plus résistantes. La moquette se présente en deux largeurs 1,80 mètre ou 0,90 mètre (pour les escaliers). Il existe des dalles de moquette qui se présentent sous la forme de petits carrés, à pose flottante. Les moins chères évoquent la corde ou le feutre, les plus coûteuses sont composées de mèches plus ou moins longues.

Le vinyle

C’est un revêtement lisse relativement mince, d’un entretien facile. Il est surtout utilisé dans les cuisines, salles de bains et vestibules. Il est composé de couches de résines plastiques. Une couche de finition sert à protéger le motif imprimé et une sous couche en mousse ou en feutre rend le produit agréable sous le pied. Le vinyle est assez souple et facile à couper. La pose est flottante et l’encollage des bords et des raccords se fait au ruban adhésif double face.

Le choix des motifs de vinyle est varié : imitations de carreaux, de bois, de liège et de pierre. Il est vendu par rouleaux de 2, 3 ou 4 mètres de large.

Les parquets

Les parquets se classent en deux grandes catégories. Les parquets mosaïques, d’une part, qui se présentent sous la forme de panneaux rectangulaires, composés de petites lames de bois contrecollées sur un support de tissu ou de feutre qui en facilitent le maniement et la pose. Les parquets en lames, d’autre part, sont souvent vernis ou vitrifiés.

Généralement, les parquets sont posés sur le revêtement existant et assemblés par rainures et languettes. Il n’est pas nécessaire de clouer les lames ou de les fixer entre elles à l’aide d’agrafes pour les maintenir en place. Les panneaux de parquet mosaïque mesurent, pour la plupart, 30 ou 40 centimètres de côté, les lames font 7,5 à 10 centimètres de large sur une longueur très variable selon les ajustements à prévoir d’une rangée sur l’autre.